Instant Voyage

Visiter Budapest en 3 jours : mes conseils et bonnes adresses

Aaaah Budapest, ville magnifique et animée ! Comment ne pas succomber devant le charme de cette capitale ? Séparées par le Danube, d’un côté Buda et Óbuda, à la fois naturelles et résidentielles, et de l’autre Pest, la partie la plus animée de la ville !



Les trucs à savoir


Bien que la Hongrie fasse partie de l’Union européenne, elle n’appartient pas à la zone euro. La monnaie locale est le Forint, que vous verrez sous le symbole HUF.

La vie à Budapest est vraiment abordable. 1 euro correspond grosso modo à 314 HUF. On s’y perd un peu au début, avec des billets de 2000 HUF dans ses poches, mais quand on comprend qu’un billet de 1000 HUF c’est 3 euros, on relativise !

Pour changer votre monnaie, préférez les distributeurs automatiques (ATM) qui sont adossés à une vraie banque, histoire d’éviter toute difficulté.

Sinon, pour les prises électriques, pas besoin d’adaptateur, c’est pareil qu’en France ! Et concernant l‘heure locale, pas de décalage horaire !

Vous verrez beaucoup de gens avec des canettes de bières à la main et dans les poches. A Budapest, c’est très courant et tout à fait normal. On prend rapidement l’habitude d’en faire de même, et de savourez une bonne bière en marchant dans la rue pour se rafraîchir !


Les trucs à faire et à voir


En trois jours, vous ne pourrez pas tout voir et visiter. Mais qui le veut réellement ?
Ce que j’ai appris de mes voyages et de mes rencontres, c’est qu’on peut visiter tous les musées d’une ville sans pour autant réussir à appréhender pleinement celle-ci.

Je me souviens m’être posé en terrasse avec Mark, un américain rencontré le jour-même. Il m’a raconté ce qu’il cherchait en premier lorsqu’il débarquait dans une nouvelle ville : son atmosphère. Et Budapest, comme d’autres, sont propices à l’ouverture à qui veut bien prendre le temps.


Côté nature

Baladez-vous le long du Danube, d’un côté et de l’autre. Amusez-vous à changer de ponts. Faîtes-le de jour, et de nuit. Vous verrez, la ville n’est plus la même lorsque le soleil se couche.

Côté Buda, arpentez le Mont Gellért : 130 mètres de dénivelé par rapport au Danube, des centaines de marches. Son ascension se mérite, mais vous avez des bancs régulièrement sur le chemin pour vous reposer, et des points de vue magnifiques sur le fleuve et Pest.
Et puis, arrivé.e. au sommet, vous aurez de nombreux petits chalets de bois commerçants. Budapest oblige, vous pourrez déguster une pinte de bière pour vous récompenser de tous vos efforts ! (Pour info, comptez moins de 3 euros pour une bonne pinte d’IPA)


A l’opposé de Gellért, allez flâner à Városliget, grand parc où il fait bon se reposer, boire un verre, faire du canoë et se promener. Vous passerez par la majestueuse Place des Héros, et vous pourrez y découvrir les Bains Széchenyi (je vous en parle après).


Côté bâtiments et musées

Le choix est large !

> Le musée national hongrois (Magyar Nemzeti Múzeum)
Vous y découvrirez toute l’histoire de la Hongrie, de la préhistoire à aujourd’hui. Un endroit intéressant qui vous fera saisir le destin d’un peuple qui a subi les mauvais choix de ses dirigeants. Vous comprendrez mieux l’amertume du Traité du Trianon de 1920, qui fera perdre à la Hongrie les deux tiers de son territoire (distribué aux pays voisins), dont son accès à la mer, ses mines d’or et de métaux, les deux tiers de ses forêts, et un tiers de ses habitants (3,3 millions de Hongrois se retrouvent du jour au lendemain avec une autre nationalité (Yougoslave, Tchécoslovaque, ou Roumaine).
Vous saisirez aussi l’histoire d’un pays secoués entre nazisme et communisme. Bref, une visite utile !


> La Galerie nationale dans le Palais Royal (Magyar Nemzeti Galéria)
Endroit idéal pour découvrir l’art hongrois. Comptez 1h30 pour tout voir.
Je n’ai pas eu le temps de faire le musée des Beaux Arts (sur la place des héros) mais j’imagine qu’il complète assez bien la galerie nationale.


> Le Bastion des pêcheurs
Endroit assez atypique, avec une architecture digne des histoires de contes de fée, et un point de vue magique sur la ville. Ne vous faîtes pas avoir, par contre, sur le prix. Vous pouvez avoir une excellente vue gratuitement. J’ai vu bon nombre de touristes payer simplement pour avoir l’étage le plus haut, pas vraiment d’intérêt si vous voulez mon avis.
Profitez-en pour découvrir l’Eglise Mathias juste à côté (je n’ai pas payé pour y entrer, l’architecture extérieure était suffisamment jolie pour que je m’en contente) !


> Le Mémorial des chaussures ( Cipők a Duna-parton )
Le parti fasciste et antisémite des Croix fléchées arriva au pouvoir en 1944. Il assassina des centaines de juifs aux abords du Danube. Une partie d’entres eux étaient sommés de se déchausser avant d’être exécutés. Ce monument commémore cette sombre partie de l’histoire de la Hongrie.


> Le Parlement
Immense, ce Parlement ! Vous pouvez en faire le tour, le voir depuis l’autre rive (de nuit pour l’illumination), ou faire des visites guidées (renseignez-vous sur les conditions et surtout sur les horaires, je l’ai manquée…). Redescendez ensuite vers la magnifique place de la Liberté. Vous verrez un monument érigé par Viktor Orbán et pour le moins très controversé !


> La Maison de la Terreur ( Terror Háza Múzeum )
Je n’ai pas eu le temps de le faire. Sans doute un regret. Il est assez décrié, certains l’aiment d’autres le détestent. Le bâtiment était le quartier général du parti fasciste des croix fléchées, puis celui de la police secrète façon KGB (ÁVO) qui y avait ses chambres de torture et ses tables d’écoutes.

Vous pouvez également visiter la Basilique St Etienne et la Grande Synagogue ! L’Opéra est en travaux pour le moment.


Côté bains thermaux

Budapest est réputée pour ses bains thermaux. Vous aurez l’occasion d’en voir un certain nombre en ville ! Mais lequel choisir ?

On remarque que la plupart des touristes courent vers les Bains Széchenyi. Sans doute parce que c’est le plus emblématique de Budapest, que le jaune moutarde des bâtiments donne un certain charme. Le complexe est énorme : 10 bains thermaux entre 28°C et 40°C, une piscine extérieure dédiée à la nage, une autre dédiée au loisir, des saunas et hammams, etc. C’est également dans les bains Széchenyi que, certains samedis soirs, se déroulent les « Sparty » (grosses pool parties avec DJ set).

Si vous souhaitez vous éloignez un peu de ce type de complexe très populaire (et surtout du flot de touristes), préférez les autres bains. Pour ma part, j’ai fait les Bains Gellért, situés au pied du Mont, établissement à taille humaine. Un bassin intérieur et un bassin extérieur, une piscine extérieure à vague, un sauna, et toujours la possibilité de soins et de massages.


Côté sorties

Passage obligé quand on est à Budapest : les Ruins Bars ! Plus qu’une institution, les bars de ruines sont incontournables !

Le principe ? De vieux immeubles abandonnés au centre de Pest ont fait l’objet, dans les années 2000, de prises de possession des cours et des bâtiments par des bars ! Le résultat est surprenant et magnifique.

Chaque Ruin Bar a son univers musical et sa propre architecture. C’est l’endroit idéal pour prendre un verre, danser, ou encore assister à un concert !

Seul inconvénient : allez-y vers 18h pour prendre une bonne place. Après 20h, la queue s’installe…

Vous devez absolument aller au Szimpla Kert ( Kazinczy u. 14 ), le tout premier Ruin Bar de la ville ! L’intérieur est hallucinant, façon underground. N’hésitez-pas à prendre les escaliers dans la grande cour pour monter dans les étages. Le bâtiment regorge de petites pièces bien sympas. Vous trouverez même une baignoire découpée qui sert de siège !
Et si vous avez un p’tit creux, juste à côté se trouve le spot Street Food Karaván, cour pleine de foodtrucks (cf. Las Vegan’s).

Pour une ambiance encore plus survoletée, tentez l’Instant ou le Fogas, deux bars partageant le même endroit ( Akácfa utca 49-51 ).


Où dormir ?


Je vous conseille, sans hésiter, THE LOFT HOSTEL (4th floor #6. bell 44, Veres Pálné u. 19, 1053). J’y ai passé 5 nuits, et c’était top ! L’ambiance est familiale et cosy. On partage une sorte d’appartement aménagé en auberge de jeunesse. Tout est sans prise de tête !

J’ai été accueilli par Emilie, une française qui vit à Budapest avec son compagnon hongrois. Elle a été super sympa, m’a proposé de venir à un concert le soir même, m’a conseillé pleiiiiin de restos végés et de trucs à faire.

On a aussi discuté du pays, de son histoire et de son actualité. C’était très enrichissant ! Je vous le recommande donc sans hésiter !


Où manger ?


Budapest regorge d’endroits géniaux où manger végétarien ou vegan ! Je vous ai concocté une petite liste de mes endroits préférés !

> Hummusbar ( Váci u. 82, 1056 )
J’y ai mangé une excellente Pita Falafel pour 990 HUF (2€96).

> Napfényes Étteren ( Ferenciek tere 2, 1053 )
Restaurant vegan de qualité ! Et le plus intéressant, c’est qu’ils ont véganisé les spécialités nationales. J’y ai dégusté un gulash à tomber ! Allez-y, foncez !

> Las Vegan’s ( Kazinczy utca 18 )
Situé dans un spot bien sympa appelé Street Food Karaván, ce foodtruck de burgers vegan est une pépite ! J’y ai mangé à trois reprises, tellement c’était bon !

> Első Pesti Rétesház ( Október 6. u. 22, 1051 )
L’endroit parfait pour prendre un petit-déjeuner végétarien aux spécialités locales. Goûtez-y les rétes, ils sont succulents !

> Padthaï Wokbar (Papnövelde u. 10)
L’endroit rêvé pour un padthaï sur mesure, fait devant soi ! On choisit tous les ingrédients, des nouilles jusqu’aux sauces, de quoi faire un plat végétarien ou vegan succulent ! J’y ai mangé deux fois, et c’était toujours aussi bon !

Hey ! Moi c'est Charly, 28 ans, végétarien, féministe, backpacker, bobo, et le tutti frutti des clichés de ma génération... Mais bon, trop d'étiquettes tue l'étiquette ! Et puis j'aime pas ça, en plus ça gratte. Plus jeune, on m'appelait Tagada, parce que je ramenais toujours ma fraise. De nature très (trop?) curieuse, j'ai le don de me passionner pour tout et surtout pour n'importe quoi. Suivez-moi, je vais vous montrer tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *