Instant Lifestyle

J’ai testé la méditation avec l’application 7mind

La méditation est devenue un vrai sujet ces derniers temps, avant même l’arrivée du confinement. Dans un monde à toute vitesse, où il faut sans cesse courir et penser, elle est le point d’ancrage au moment présent.

Et si la parenthèse du confinement nous permettait ce recentrage sur nous-même ? Sur nos émotions et nos sensations ? Sur notre respiration et notre présence ?

Je vous propose aujourd’hui de découvrir l’application 7mind, que j’ai pu tester chaque jour depuis désormais un bon mois.


Génèse


Cela faisait plusieurs années que je m’essoufflais au travail, que je laissais défiler le temps – et donc la vie – derrière moi. Dans sa chanson « Les gens qui doutent » , Anne Sylvestre parlent de ceux « qui passent, moitié dans leurs godasses et moitié à côté. » Voilà clairement ce qui pourrait me définir.

Je me suis intéressé à la question de la méditation l’année dernière, essayant d’y consacrer du temps, sans jamais vraiment y arriver. « Pas le temps » : cette phrase, avec la fatigue, le surmenage et le stress, ça devenait « pas le courage, pas l’envie, pas la motivation. »

Lorsque j’ai voyagé en solo avec mon sac à dos, j’ai fait l’expérience de la solitude et du temps pour soi. J’ai aussi fait des rencontres qui ont semé, sans le savoir, les germes de changements à venir. J’ai commencé à lire, énormément, sur le sujet. Je n’étais, sans doute, pas encore prêt pour m’y lancer. Et puis, le confinement est arrivé…

C’est alors en lisant le Journal intime d’un touriste du bonheur, de Jonathan Lehmann, que j’ai découvert son application en matière de méditation.


L’application 7mind


Il existe plusieurs applications en la matière, et loin de moi l’idée de vous dire qu’unetelle est meilleure qu’une autre.

D’ailleurs, choisissez toujours des applications qui vous permettent de faire l’expérience de méditations gratuites avant de vous y abonner. Ainsi, vous saurez si l’application vous convient ou non !


Les stages et les singles

L’application 7mind se décompose en stages et en singles.

Les stages, ce sont des semaines de méditation portées sur un thème particulier. Un stage comprend donc 7 méditations, d’une durée de 8 à 12 minutes chacune, à suivre chaque jour. Ce timing est parfait pour moi !

Lorsque vous débutez, il existe une série de stages dits Premiers pas, qui vous permettent de vous sensibiliser et de vous habituer à la pratique quotidienne de la méditation. Deux d’entre eux (Initiation et Bonheur) sont gratuits.

Il existe un grand nombre de stages, aux thèmes très divers : cela va du stage Anti-stress aux stages Amour de soi, en passant par Créativité, Sommeil ou encore Relations. Il existe également un stage de méditation pour enfant.

Au-delà des stages, il existe les singles. Ce sont des méditations uniques, que vous pouvez effectuer quand vous voulez. La durée varie en fonction du thème traité. Là encore, il existe pléthore de thèmes parmi lesquels : Routine du matin, Douce nuit, Couples, Célibataires, Lâcher prise, A la plage, Les bons souvenirs, Nature et sons, Gérer la douleur physique, Avant une chirurgie, etc.

La variété de thèmes, que ce soit en singles ou en stages, fait de l’application 7mind un véritable allié du quotidien !


Les notifications

La science des habitudes a démontré qu’il faut, en moyenne, 21 jours pour qu’un comportement devienne une routine, une habitude. Aussi saine soit une pratique, il faut donc ne pas la lâcher les premiers jours pour être certain.e qu’elle nous sera pérenne !

L’application 7mind vous permet de vous fixer un rappel, à heure souhaitée, ainsi que des pense-bêtes. Vous n’aurez plus aucune excuse pour vous faire du bien !


Les tarifs

L’application propose un certain nombre de méditations gratuites. Pour accéder à toute la bibliothèque, il faudra vous abonner.

> Abonnement 3 mois : 29,99€ prélevés tous les trimestres
> Abonnement annuel : 69,99€ prélevés tous les semestres
> Licence à vie : 249,99€

Hey ! Moi c'est Charly, 28 ans, végétarien, féministe, backpacker, bobo, et le tutti frutti des clichés de ma génération... Mais bon, trop d'étiquettes tue l'étiquette ! Et puis j'aime pas ça, en plus ça gratte. Plus jeune, on m'appelait Tagada, parce que je ramenais toujours ma fraise. De nature très (trop?) curieuse, j'ai le don de me passionner pour tout et surtout pour n'importe quoi. Suivez-moi, je vais vous montrer tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *