Instant Gourmand

Tarte facile à la tomate (vegan)

Il restait des tomates cerises dans le jardin et je n’avais pas envie de me prendre la tête à cuisiner un truc compliqué.

Un jour, de flemme, on pourra entrer dans n’importe quel supermarché au coin de la rue, prendre une pâte à tarte sans regarder la composition, et se faire plaisir.
Pour l’instant ce n’est pas le cas, alors on retrousse ses manches (mais pas trop) et surtout : on se fait plaisir !

C’est parti pour une tarte facile à la tomate !


Ingrédients

Pâte à tarte

  • 180g de farine
  • 60g de fécule de maïs (type Maïzena)
  • 70g d’huile neutre
  • 100 cL de lait d’avoine
  • 1 càc de sel
  • 2 càs de graines de sésame noir
  • 2 càs d’herbes de Provence

Garniture

  • Environ 400g de tomates cerises
  • De la moutarde (petite préférence pour la Fins Gourmets de chez Maille)
  • Sel et poivre

  1. Préchauffez votre four à 180°C.
  2. Dans un saladier, mélangez la farine, la fécule, le sel, les graines de sésame et les herbes de Provence.
  3. Ajoutez le lait d’avoine et l’huile. Mélangez bien jusqu’à obtenir un pâton.
  4. Étalez la pâte dans un moule à tarte préalablement huilé et fariné. Piquez la tarte et enfournez 5 à 10 minutes, le temps que la pâte se raffermisse et cuise un minimum.
  5. Étalez de la moutarde sur le fond de la tarte, puis disposez les tomates cerises coupées en deux. Assaisonnez.
  6. Enfournez pour 20 à 30 minutes en surveillant la cuisson.

En savoir plus sur les bienfaits de la recette ?

– le lait d’avoine : en plus de ses vertus antioxydantes, il est riche en protéines, fibres, fer, potassium, vitamines A, B et E !

– sésame : riche en antioxydants, la graine de sésame contient aussi de la vitamine E, des lignanes et des phytostérols, ce qui tend à diminuer le mauvais cholestérol et diminuer la tension sanguine.

– Tomates cerises : elles sont riches en vitamines A, B, C, E, et contiennent également du zinc, du cuivre, de l’iode, du calcium, du fer et du potassium.

Hey ! Moi c'est Charly, 28 ans, végétarien, féministe, backpacker, bobo, et le tutti frutti des clichés de ma génération... Mais bon, trop d'étiquettes tue l'étiquette ! Et puis j'aime pas ça, en plus ça gratte. Plus jeune, on m'appelait Tagada, parce que je ramenais toujours ma fraise. De nature très (trop?) curieuse, j'ai le don de me passionner pour tout et surtout pour n'importe quoi. Suivez-moi, je vais vous montrer tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *