Instant Culture

(Re)lire King Kong Théorie

Oui je sais, certains diront que c’est un classique, pour ne pas dire une évidence. Mais mais mais … comment vous parler de mes lectures féministes sans commencer par le commencement. Car ce livre – que dis-je – cette bombe peut changer bien des visions !


« J’écris de chez les moches, pour les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, les hystériques, les tarées, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf. Et je commence par là pour que les choses soient claires : je ne m’excuse de rien, je ne viens pas me plaindre. »


En seulement 145 pages, Virginie Despentes nous sort un pamphlet fluide et corrosif, comme une claque qu’on n’a pas vue venir sur une société patriarcale étouffante.

Elle nous raconte son histoire, évoque, entre autres, le sexe, la prostitution, la pornographie, le traumatisme du viol, l’argent, le pouvoir avec un ton toujours assumé et direct.


« Parce que l’idéal de la femme blanche, séduisante mais pas pute, bien mariée mais pas effacée, travaillant mais sans trop réussir, pour ne pas écraser son homme, mince mais pas névrosée par la nourriture, restant indéfiniment jeune sans se faire défigurer par les chirurgiens de l’esthétique, maman épanouie mais pas accaparée par les couches et les devoirs d’école, bonne maîtresse de maison mais pas bonniche traditionnelle, cultivée mais moins qu’un homme, cette femme blanche heureuse qu’on nous brandit tout le temps sous le nez, celle à laquelle on devrait faire l’effort de ressembler, à part qu’elle a l’air de beaucoup s’emmerder pour pas grand-chose, de toutes façons je ne l’ai jamais croisée, nulle part. Je crois bien qu’elle n’existe pas. »


On peut ne pas aimer l’oeuvre de Despentes, entre Baise-moi et Vernon Subutex, mais on ne peut rester insensible au message de cet essai de 2007. Il a beau avoir une dizaine d’années, il n’en demeure pas moins brûlant d’actualité à l’heure où le mouvement Me-too a sonné le glas de la docilité invisible.

Difficile d’en dire davantage sans en dévoiler la substance. Mais courrez le (re)lire ! Vous ne serez pas déçu.e.s ! Et puis pour ce petit prix, n’hésitez-pas à l’offrir à vos proches, histoire de semer quelques idées par ci par là !

Hey ! Moi c'est Charly, 28 ans, végétarien, féministe, backpacker, bobo, et le tutti frutti des clichés de ma génération... Mais bon, trop d'étiquettes tue l'étiquette ! Et puis j'aime pas ça, en plus ça gratte. Plus jeune, on m'appelait Tagada, parce que je ramenais toujours ma fraise. De nature très (trop?) curieuse, j'ai le don de me passionner pour tout et surtout pour n'importe quoi. Suivez-moi, je vais vous montrer tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *