Instant Lifestyle

Internet et vie privée #2 : Reprenez le contrôle !

Après avoir pris conscience de l’ensemble des données personnelles dont disposent les géants du web, il est temps de passer à l’action et de reprendre le contrôle de votre vie privée !

Nous sommes tous hyper-connectés à l’internet, et le sevrage est difficile voire impossible. Cet article est l’occasion, pour moi, de vous donner quelques outils qui vous permettront de restreindre le flux quotidien de données que vous pouvez transmettre sans même vous en rendre compte !


#1 – Dégooglisez-vous, le grand besoin de sevrage !


C’est sans doute LA partie la plus difficile. Alors autant commencer par là !

Google s’est immiscé dans nos vies tranquillement. Tout a commencé par un simple moteur de recherche, du même nom. S’avérant très pratique et très complet, le monopole Google a tranquillement broyé toute concurrence.

Et puis, la firme de la Silicon Valley s’est étendue. Entre février 2001 et janvier 2020, Google a racheté près de 200 entreprises, soit une moyenne de quasi 10 acquisitions par an (voir le détail ici). En voici quelques unes loin d’être anodines :


– 2005 : Android
– 2006 : Youtube
– 2011 : Motorola Mobility
– 2013 : Waze
– 2017 : HTC
– 2019 : FOSSIL et FITBIT


Tout ça peut sembler banal. Mais quand votre père vous envoie un courriel et que GMAIL vous propose de lui répondre « merci papa » , quand vous êtes dans votre voiture et que WAZE calcule directement le chemin pour aller au travail alors que vous ne lui avez jamais donné cette information, vous commencez à tiquer !


Quand on sait que, le 21 janvier 2018, la CNIL condamnait la firme Google à une amende de 50 millions d’Euros « pour manque de transparence, information insatisfaisante et absence de consentement valable pour la personnalisation de la publicité » , ça fait réfléchir sur les dérives à venir.

Ne vous a-t-on jamais dit de ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier ?


Adieu Google Chrome !

Commençons par le plus simple : le navigateur Google Chrome. Pratique, puissant, c’est vrai. Indispensable ? Pas du tout.

Pour sortir du monopole Google, tournez-vous vers du logiciel libre, qui respecte l’utilisation de vos données : utilisez Mozilla Firefox par exemple ! Tout aussi efficace que Chrome et avec pour priorité le respect de votre vie privée, vous n’en serez pas déçu.e.

Ce navigateur comporte plusieurs extensions (addons ou modules complémentaires) bien utiles : Ghostery permet de bloquer les publicités, HTTPS partout active automatiquement la sécurité lors de la mise en route du protocole HTTP , et Privacy Badger bloque les traqueurs !


Adieu Google search !

Plus compliqué maintenant, le moteur de recherche Google ! Souvent paramétré page d’accueil par défaut, Google search est devenu un réflexe pour quiconque cherche une information. Son utilisation est tellement naturelle qu’il existe des expressions popularisées telles que « Google est ton ami. »

Il en existe pourtant d’autre. Citons d’abord le moteur de recherche français Qwant. Même s’il s’améliore, je trouve que les résultats des recherches sont encore lacunaires et insatisfaisants.

J’ai opté pour DuckDuckGo qui, s’il était à la ramasse il y a encore deux-trois ans, est devenu particulièrement performant aujourd’hui ! Certes américain, ce moteur de recherche se positionne en défenseur de la vie privée et n’enregistre pas les requêtes effectuées. En faisant de DuckDuckGo mon moteur de recherche par défaut, je ne me rends même plus compte d’avoir évincé Google search !


Adieu GMAIL !

Là, on commence à entrer dans le dur. Rares sont ceux qui, aujourd’hui, n’ont pas une adresse GMAIL ! Pourtant, Google prend soin de lire tous les contenus et pièces jointes de vos courriels.

Je n’irai pas par quatre chemins : vous ne trouverez pas, à l’heure actuelle, de solution mail pérenne et satisfaisante, qui soit gratuite.

Si c’est gratuit, c’est qu’il y a un hic : soit vous êtes le produit, et vos données personnelles sont allègrement utilisées et vendues, soit votre vie privée est respectée mais la capacité de stockage est (très) limitée.

Pour moi, deux messageries sortent du lot : le Suisse Protonmail et l’Allemand Tutanota. C’est le second que j’utilise au quotidien, en toute satisfaction.

Dans leur version gratuite, Protonmail offre 500Mo de stockage quand Tutanota en offre 1go. Cela peut être suffisant pour certains, mais l’usage est toutefois limité.
Dans leur version payante, Protonmail est à 48 euros par an, quand Tutanota n’est qu’à 12 euros.

Pour ce prix, vous aurez accès à une messagerie qui respecte votre vie privée et qui permet l’envoie de courriels et de fichiers cryptés. Pensez-y ! Worth it !


Adieu Google Maps et Waze !

Bon, là, on ne va pas se mentir. Aucun logiciel ni aucune application, à l’heure actuelle, ne permet de remplacer la fluidité et l’efficacité de Maps ou de Waze.

S’en séparer, quand on en est un utilisateur régulier pour ne pas dire quotidien, est un déchirement. J’ai longtemps cherché une alternative. Tant du côté de l’Open source que des logiciels propriétaires. Néanmoins, rien ne me semble très satisfaisant.

Je me contente pour l’instant de l’application Mappy, dans sa version gratuite, qui fait le job (mais il ne faut pas trop lui en demander).


#2 – Réseaux sociaux : fuir ou combattre ?


Les réseaux sociaux se sont multipliés ces vingt dernières années. Certains sont morts. D’autres ont survécu, voire se sont multipliés. Parmi les plus célèbre, citons Facebook, propriétaire d’Instagram depuis 2012 et de WhatsApp depuis 2014, Snapchat, Twitter, LinkedIn, etc.

Deux méthodes se discutent face aux réseaux sociaux : les bannir totalement, ou les utiliser intelligemment.

Il me semble difficile, dans notre société hyper-connectée, de ne pas être sur un réseau social. En témoigne l’utilisation accrue de Whatsapp et de son système de visio pendant le confinement cette année ! Il y a toujours ce besoin de lien, et les réseaux sociaux semblent répondre à ce besoin.

Il existe bien des dérives, c’est certain. Surexposition des mineur.e.s, détournement des photos et publications, expansion des fake news, espionnage dans le cadre conjugal et professionnel, hypersexualisation des corps, discriminations exacerbées, cyberharcèlement… Sans compter toutes les données personnelles livrées bien volontiers aux géants américains : orientation sexuelle, opinions politiques, adresses, numéros de téléphone, de carte bancaire, etc.

Alors comment faire face à tout ça ? En se posant les bonnes questions. Les réseaux sociaux doivent être un outil, et rien de plus.

Il faut considérer que chaque chose publiée nous échappe, ne nous appartient plus : imaginons dès lors, que chaque photo, chaque publication, chaque statut, chaque message, est placé dans une enveloppe et envoyé par la Poste. Vous ne pouvez pas le récupérer, c’est trop tard.
Et envoyé à qui ? Vous ne le saurez jamais. Pour en faire quel usage ? Vous ne le saurez jamais. Mais gardé combien de temps ? Vous ne le saurez jamais.

Une fois que l’on a bien ça en tête, qu’on en accepte toutes les conséquences possibles et imaginables, alors on est libre d’utiliser les réseaux sociaux comme bon nous semble.


#3 – Et l’utilisation d’un VPN, dans tout ça ?


Il y a toujours un certain nombre de réactions autour de moi quand je dis que j’utilise un VPN au quotidien. C’est comme ci, dans leur cerveau, clignotaient les ampoules « Dark/Deep Web », « Hacker », « Parano », ou « Porno ». Parce que bon, à quoi ça peut bien servir d’autre un VPN ?


Rappel de définition

Un VPN, c’est un réseau privé virtuel : comme une sorte de tunnel sécurisé entre un appareil et l’Internet. Ce tunnel va permettre de masquer votre identifiant (adresse IP) et de chiffrer vos données. Il protège donc votre trafic web contre les interférences, l’espionnage et la censure. Grâce à ce système, même votre fournisseur d’accès Internet ne peut accéder à vos données de navigation.


Pourquoi en utiliser un ?

Il existe de nombreuses raisons légales d’utiliser un VPN.

La première est bien évidemment l’anonymat. J’en ai particulièrement assez d’être identifié par tous les sites marchands sur lesquels je vais, qui veulent sans cesse me géolocaliser et me vendre des produits dont je n’ai pas besoin.

Avec un VPN, vous pourrez, par exemple, consulter les sites de compagnies aériennes à de multiples reprises sans craindre que les prix n’augmentent. C’est ce qu’on appelle l’IP tracking, le fait d’adapter ses tarifs en fonction de l’intérêt suscité pour le produit.

Le VPN est aussi particulièrement utile quand on utilise un réseau de Wifi public. En effet, il y a toujours un risque que les autres utilisateurs du réseau n’interceptent vos données. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est déconseillé d’utiliser des données bancaires à ces moments-là. Avec l’utilisation d’un VPN, la fonction tunnel et le chiffrement des données empêchent toute intrusion et vous protègent.

Le VPN permet ensuite de passer outre la censure et de profiter de TOUT le web, et non seulement ce qu’on vous laisse apercevoir. Là, vous vous dîtes « nan mais c’est bon, on n’est pas en Chine non plus ! ». Et pourtant, chaque pays a ses propres restrictions en la matière. En utilisant un VPN, vous pouvez regarder du contenu étranger indisponible sur le territoire (par exemple sur Netflix USA). Vous avez désormais accès au monde numérique, et plus seulement à la France Internet. Vous pouvez switcher à volonté de pays en pays.

De même, votre fournisseur d’accès internet ne pourra plus vous imposer de limitation de bande passante. En effet, les FAI observent l’activité numérique de leurs abonnés pour limiter la vitesse de connexion lorsqu’ils estiment que le débit utilisé est trop important. Ce n’est plus possible avec un VPN.

Enfin, le VPN est un bon outil contre l’espionnage. Qu’il soit industriel ou étatique, en fonction de vos activités professionnelles sensibles ou politiques, l’espionnage est une plaie contre laquelle l’utilisation d’un VPN est un bon début.


Lequel choisir ?

Il existe pléthore de VPN. Je vous invite à regarder les comparateurs sur internet. Pour garantir la sécurité des connexions, il vaut mieux délaisser Tor, surtout quand on est novice, ce qui signifie donc investir un peu pour sa vie privée.

Pour ma part, j’utilise NordVPN (payant). Très simple d’utilisation, il ne ralentit pas mes connexions et reste extrêmement efficace. On peut switcher et se connecter au serveur de n’importe quel pays, ou utiliser la fonction QuickConnect qui décide pour vous du meilleur réseau. Il existe une fonction KillSwitch qui vous permet, en cas de coupure du VPN, de couper votre connexion au même moment. Et la fonction Double VPN permet d’assurer une deuxième sécurité en vous connectant à deux serveurs différents.


Voilà, j’espère vous avoir un peu éclairé.e !
Dans un prochain article, je vous donnerai quelques astuces pour sécuriser votre téléphone portable !

Hey ! Moi c'est Charly, 28 ans, végétarien, féministe, backpacker, bobo, et le tutti frutti des clichés de ma génération... Mais bon, trop d'étiquettes tue l'étiquette ! Et puis j'aime pas ça, en plus ça gratte. Plus jeune, on m'appelait Tagada, parce que je ramenais toujours ma fraise. De nature très (trop?) curieuse, j'ai le don de me passionner pour tout et surtout pour n'importe quoi. Suivez-moi, je vais vous montrer tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *