Instant Culture

Lire : « Tu seras un homme féministe mon fils » d’Aurélia Blanc

Sorti en octobre 2018, ce « manuel d’éducation antisexiste pour des garçons libres et heureux », comme l’indique son autrice Aurélia Blanc, est bien plus qu’un ouvrage à destination des parents !


D’où vient l’idée de ce livre ?


Aurélia Blanc, journaliste, explique s’être interrogée, en apprenant que son enfant serait un garçon, sur l’éducation qu’elle pourrait bien lui donner afin d’éviter qu’il ne devienne « un porc », « un harceleur », voire « un agresseur ».

Et c’est en voyant l’absence de livres sur la question de l’éducation des petits garçons que l’autrice s’est mise à faire des recherches, à s’appuyer sur des études scientifiques, à interroger des professionnels pour faire son propre livre à destination des parents, mais aussi de toute personne intéressée par la question.


« Voilà plusieurs décennies que la recherche en sciences sociales s’intéresse à cette question, en particulier le monde de la psychologie sociale. Dès 1974, trois chercheurs américains avaient ainsi observé la façon dont les parents percevaient leur nouveau-né et la manière dont ils pouvaient être influencés par les stéréotypes de genre. Pour leur expérience, trente couples ont été interrogés dans les 24h suivant la naissance de leur premier enfant. Poids, taille, réflexes : les nourrissons avaient exactement les mêmes caractéristiques. Pourtant, devinez quoi ? Les filles étaient perçues comme ‘petites’, ‘mignonnes’, ‘les traits les plus fins’. Les garçons, eux, étaient vus comme ‘grands’, ‘solides’, ‘les traits marqués’ (tiens donc !). Les résultats de l’étude, publiés dans l’American Journal of Orthopsychiatry, sont sans équivoque : dès les premières heures de vie de leur enfant, les parents ont des attentes stéréotypées, qui vont ensuite influencer leur façon de l’élever et d’interagir avec lui. »


Pourquoi faut-il le lire ?


Ce livre permet d’identifier les clichés sexistes véhiculés par chacun au quotidien sans même s’en rendre compte : le business du marketting genré, le rose et la poupée prohibés pour les garçons, la peur panique de l’homosexualité (alors que l’orientation sexuelle – faut-il encore le rappeler – n’a rien avoir avec le genre !), la certitude que ce bébé « va en faire tomber des minettes avec ce regard »

Et notre ambivalence aussi : on connaît la volonté dominante d’avoir des garçons pour les parents non féministes, mais on connaît moins celle d’avoir absolument des filles pour les parents féministes, ou encore le fait que laisser sa fille s’habiller en cowboy ou en aventurière c’est normal, mais laisser son garçon choisir un costume de princesse c’est la honte !


L’autrice bat en brèche les stéréotypes genrés qui nous font passer à côté des besoins réels des enfants. On s’aperçoit que même en ayant une éducation non sexiste à la maison, dès l’arrivée à la crèche, le choix de la nounou, ou encore les premières rentrées scolaires, la famille, les autres parents mais aussi les professionnels entretiennent les clichés sexistes.

Aurélia Blanc donne ses petits conseils de jeune maman : comment répondre au sexisme avec le sourire, sortir des sentiers battus, proposer plutôt que censurer, etc.

Des jeux de cour de récré aux premiers amours, en passant par l’éducation à la sexualité et au consentement, Aurélia Blanc nous emmène pas à pas vers une masculinité apaisée, pour en finir avec la masculinité toxique et l’impératif de virilité imposé dès les premiers âges aux petits garçons.


L’ouvrage est simple, fluide, décomposé en chapitres assez courts et bien documentés. Et à la fin de chacun d’entre eux, il y a des ressources pratiques (lectures, vidéos, sites, émissions de radio, etc.).

Hey ! Moi c'est Charly, 28 ans, végétarien, féministe, backpacker, bobo, et le tutti frutti des clichés de ma génération... Mais bon, trop d'étiquettes tue l'étiquette ! Et puis j'aime pas ça, en plus ça gratte. Plus jeune, on m'appelait Tagada, parce que je ramenais toujours ma fraise. De nature très (trop?) curieuse, j'ai le don de me passionner pour tout et surtout pour n'importe quoi. Suivez-moi, je vais vous montrer tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *